Les étudiants oppositionnels allemands (Février 1970) – Max Horkheimer

Beaucoup des tendances les plus conservatrices et/ou libérales récentes des éléments les plus droitiers des antideutsch sont déjà contenues chez le vieil Horkheimer aigri, en témoigne cette note, où le vieux penseur semble bien incapable de distinguer entre la légitimité de la révolte étudiante et certains de ses aspects problématiques.

Les étudiants oppositionnels allemands sont des positivistes qui veulent transformer les universités en écoles professionnelles dans lesquelles ils auraient leur mot à dire.

Ils font de beaux discours sur la transformation de la société et la lutte contre l’establishment, sans objectifs clairs ou une seule action contre des abus concrets.

Ils font de la publicité pour eux-même à tout prix. Ils sont en lutte contre les professeurs progressistes et s’allient avec des partisans du Fatah. Ils se réclament de Hô Chi Minh et de Mao Zedong, comme si la victoire de ces derniers ne signifiait pas la fin de toute liberté.

Paru initialement dans Max Horkheimer, Gesammelte Schriften Band 14: Nachgelassene Schriften 1949-1972, S.  Fischer, 1998, p. 539.

Traduit de l’allemand par Memphis Krickeberg.

Télécharger pdf: SI_oppositionnels allds_Horkheimer_2019

Filed under: Gauche régressive

About the Author

Posted by

Max Horkheimer (1895-1973) est un philosophe et sociologue allemand. Il fut le directeur de l'Institut de Recherche sociale , à l'origine de l’École de Francfort, de 1930 à 1969, et un des fondateurs de la théorie critique. Il a notamment écrit Théorie traditionnelle et théorie critique (1937) et Dialectique de la raison (avec Theodor W. Adorno en 1944).