All posts filed under “Gauche régressive

La théorie du privilège est populaire parcequ’elle est conservatrice.

La théorie du privilège, en tant qu’élaboration académique formelle, existe depuis au moins 1989, année où Peggy McIntosh a publié l’essai désormais célèbre « White Privilege » : Unpacking the Invisible Knapsack » (« Privilège blanc : Déballer le sac à dos invisible »)1. Cependant, même dans le cadre universitaire des cultural studies, la théorie du privilège était encore assez peu répandue il y a une dizaine d’années. En outre, elle ne fait pas partie des théories qu’on pourrait qualifier d’intellectuellement solides (l’essai de McIntosh ne contient aucune citation), et ses limites en tant que cadre analytique sont assez évidentes. Au début des années 2010, j’ai suivi un programme de doctorat très chargé en cultural studies et je n’ai entendu parler de cette théorie que quelques fois. Si vous n’avez pas obtenu un diplôme en sciences humaines, il y a de fortes chances que vous ne l’ayez pas rencontrée avant 2015, à peu de choses près.

Read More

Pourquoi les théories conspirationnistes d’extrême-droite sont-elles à ce point obsédées par la pédophilie ? – Ali Breland

Le texte qui suit, publié en août 2019 dans la revue américaines Mother Jones, traite des différentes paniques morales autour de la pédophilie dans le contexte états-unien, ainsi que de plusieurs théories du complot y afférant. Ces théories du complot pédophile sont ici analysées comme relevant d’un discours réactionnaire de défense de la famille traditionnelle contre une menace extérieure, bien qu’on puisse parfois noter une porosité entre ce complotisme et des discours plus larges ordonnant de « toujours croire les victimes » et « protéger l’innocence des enfants ». Read More

Ne peut-on aider qu’au niveau de la totalité ? – Max Horkheimer

Méfiez-vous de ceux qui prétendent que vous ne pouvez aider qu’au niveau de la totalité ou pas du tout. C’est le mensonge de toute une vie de ceux qui ne veulent pas aider dans la réalité et qui évoquent la grande théorie afin de s’extirper de leur engagement face au cas particulier. Ils rationalisent leur inhumanité. Ils sont similaires aux pieux dans la mesure où tous deux gardent une bonne conscience en se référant à des considérations « supérieures » lorsqu’ils vous laissent en détresse.

Traduit de l’allemand par Memphis Krickeberg

Publié initialement dans Horkheimer Max, Gesammelte Schriften Band 2 : Philosophische Frühschriften 1922-1932, Fischer, 1987.

PDF: SI_aider totalité_Horkheimer_2020

Assez de bavardage psychologisant. Le racisme ne sera pas réglé par la thérapie – Kenan Malik

Publié dans le contexte des mobilisations de Black Lives Matter, ce texte de Kenan Malik appelle à considérer le racisme comme une politique de discrimination basée sur des choix politique conscients qu’il faut soumettre à une analyse sociale plutôt que de se focaliser sur les éventuels préjugés inconscients et sur la déconstruction individuelle.

Read More

Être avocat, messieurs… – Jean-Denis Bredin

Le 30 janvier 1976, un enfant de sept ans, Philippe Bertrand, est enlevé puis tué par Patrick Henry, lequel sera arrêté deux semaines plus tard. Après l’interpellation du meurtrier, dans un contexte d’appel au lynchage, à la justice expéditive et à l’application rapide de la peine de mort, Roger Gicquel, présentateur du Journal télévisé de TF1, déclare « La France a peur. Je crois qu’on peut le dire aussi nettement. (…) Oui, la France a peur et nous avons peur, et c’est un sentiment qu’il faut déjà que nous combattions, je crois. Parce qu’on voit bien qu’il débouche sur des envies folles de justice expéditive, de vengeance immédiate et directe. »

Alors que de nombreux avocats refusent alors que Patrick Henry soit leur client, Robert Bocquillon, Robert Badinter et Jean-Denis Bredin acceptent de le défendre, et font, face à la Cour d’assises, le procès du populisme pénal et de la peine de mort. Justifiant ce choix, Jean-Denis Bredin argumente sa vision du rôle de l’avocat dans une tribune publiée le 1er mars 1976 dans le Nouvel Observateur. Patrick Henry, reconnu coupable de l’assassinat de l’enfant, échappant à la peine de mort, sera finalement condamné à la prison à perpétuité.

Aujourd’hui, des discours  relevant du populisme pénal, tenus par des magistrats réactionnaires, des avocats spécialisés dans le conseil des parties civiles ainsi que par des associations de victimes (ou de personnes prétendant parler au nom des dites victimes) continuent de considérer les avocats de la défense comme des complices du crime, et les principes du contradictoire comme un obstacle à la sécurité. C’est dans ce contexte que nous décidons de republier cette tribune défendant les droits de la défense au sein de la justice pénale.

Read More

Les péchés préparés dans le chaudron : repenser l’hypothèse communiste et la libération – Suphi Nejat Ağırnaslı

Suphi Nejat Ağırnaslı s’inspire des travaux de Silvi Federici pour proposer une analyse originale du génocide arménien et des massacres de populations alévies commis dans le cadre de la formation de l’État turc moderne. Ces meurtres de masse ne doivent pas seulement être compris dans le cadre du nationalisme turc et de la création de l’État turc mais aussi comme une réponse politique aux potentiels de modernité alternative portés par les populations minoritaires.
Read More

L’antisémitisme. Origines et modes d’expression – Gad Chutzpah

Une perspective marxiste-léniniste sur l’antisémitisme et ses formes historiques.

On m’a dit, on me dit toujours, et on me dira sans doute encore pourquoi s’occuper, aujourd’hui, de l’antisémitisme contemporain ? En cette époque si lisse ou les Juifs jouissent d’une relative tranquillité, et ou les violences et les persécutions sont loin d’égaler, en intensité comme en étendue, celles du passé, proche et lointain ?

Je réponds donc : pour cela même.

Read More

Les « anti-impérialistes » occidentaux réduisent au silence les voix du Moyen-Orient et d’Afrique du nord – Daliah Lina

« Tu es du côté des terroristes. Tu es une djihadiste. » Cela ne recouvre qu’une partie des calomnies auxquelles j’ai du faire face ces dernières semaines, suite à la frappe aérienne de Trump visant Qassem Soleimani. Une personne ayant participé à des débats politiques pourrait supposer que ces accusations proviennent de militants très à droite, mais la réalité s’avère vraiment inquiétante, voire absurde. Mes accusateurs sont des soit disant « anti-impérialistes » occidentaux. La raison ? Je suis une militante de gauche palestino-iranienne qui s’oppose à toutes les formes mondiales ou régionales d’impérialisme et d’autoritarisme. Une position qui semble incompréhensible à certains, puisque, de leur point de vue, il faut choisir un camp pour manifester une solidarité. Y compris si cela signifie se situer du côté de criminels de guerre. Le fait que ces soi-disant camarades nous prennent pour cible en nous opposant leur programme « anti-impérialiste » n’est pas nouveau pour moi. En réalité, depuis le soulèvement en Syrie, un front composé d’un certain nombre d’ « occidentaux pro-Assad » a émergé, déterminé à se ranger du côté de tout régime qui diffuse une propagande contre l’impérialiste américain, et fermant volontairement les yeux sur le massacre de civils syriens.

Read More